©
Une humeur à partager, une passion, une nouvelle, une critique ou simplement envie d'écrire ?

Les Etoiles de la Danse

Lorsque le Ballet de la Scala de Milan nous éblouit de son talent.

De Nureyev à Balanchine, en passant par Marius Petipa et Jiri Kylian, ainsi que William Forsyte, les soirées de gala réuniront ces hommes qui laissèrent une empreinte sur la scène légendaire de la Scala de Milan et ce, depuis près de 250 ans. « Les Etoiles de la Danse »...

... est un programme uniqué, dansé par les meilleurs. Devenir une « Etoile » est le rêve de tout danseur et danseuse, c’est le rêve de leur vie. Et remplir la scène d’étoiles est le rêve réalisé par les organisateurs.
Ces Etoiles de la danse proposeront une série d’extraits de titres du répertoire du Ballet de la Scala, titres anciens et nouveaux, reprenant les moments forts et fondamentaux du Ballet, depuis 1778, l’année de la fondation de ce théâtre mythique.

L’ouverture de la Scale se fit avec l’opéra de Salieri « Europa Riconosciuta », opéra accompagné comme de coutume à l’époque de deux ballets. Lors de la rénovation du Théâtre en décembre 2004, d’autres partitions de Salieri furent réunies et ont servi au chorégraphe suisse Heinz Spörli, qui a recréé les danses du 17ème siècle afin de les ajouter au premier acte de l’opéra. Il y a également inséré des fragments de ballet romantique afin de montrer les qualités techniques, la virtuosité du couple de danseurs principaux.

Le spectacle part de l’ « heure zéro » de la première représentation ayant pour objectif de rappeler et parcourir les heures glorieuses du Ballet de la Scala jusqu’à nos jours.

Ce panorama chorégraphique du spectacle se compose de tout le patrimoine du ballet, constituant la colonne de nombreuses programmations internationales.
Romantisme et post-romantisme se retrouvent bien sûr dans « Le Lac des Cygnes », « Le Corsaire » et « Paquita », mais plus dans également dans « Romeo et Juliette » ainsi que « La Belle au Bois dormant », dans les versions mythique de Rudolf Nureyev.
L’Angleterre est représentée par Kenneth McMilan, proposant un intimiste « Romeo et Juliette » et l’Amérique est évidemment représentée par George Balanchine, surnommé le père de la danse américaine. Ce sera sa version du « Songe d’une Nuit d’Eté » que l’on découvrira.
Toujours en provenance des Etats-Unis, William Forsythe et son « In the Middle, somewhat elevated », choisi par la « vieille Europe », c'est-à-dire le Ballet de Stuttgart qui a mis au point et divulgué une poétique reprenant le passé (pointes et pas académiques) afin de montrer les changements profonds que la danse a connu.

La France est représentée par Roland Petit, chansonnier de la danse, avec sa célèbre « Chauve-Souris ».

L’Italie nous offrira « Excelsior » d’ugo dell’Ara, un repêchage du ballet de fin de 19ème, en collaboration avec le metteur en scène Filippo Crivelli et ensuite avec Amedeo Amodio. Une « Carmen » originale. Et le top du « made in Italy », la « Strada » bien sûr, de Mario Pistoni, l’un des autres hommes forts de la Scala, dans une chorégraphie réalisée d’après le célèbre film de Fellini.

Le nouveau chorégraphe de la Scala s’appelle Francesco Ventriglia. Un danseur signant les chorégraphies destinées à l’Ecole du Ballet de la Scala, ainsi que pour la scène du théâtre.

L’année Mozart ne pouvait être oubliée, aussi est-elle présente avec un pas de deux sorti tout droit de la dernière production de la « Soirée Mozart », dans une chorégraphie de Jiri Kylian.

Un tel spectacle ne pourra que réjouir esthètes, connaisseurs ou simples amateurs de ballet et spectacles prestigieux.

Résumé d'un article sur le site :
https://www.cirque-royal.org/index.asp?id=628711212200312155602566&eventid=662544808200509065958699

Références
Lien à insérer

Si vous citez cet article sur un site, un blog, un forum ou autre contenu web, utilisez l'adresse ci-dessous. Après validation par un administrateur, votre site apparaîtra ci-dessous comme référence.

Ils commentent à distance !

Pour l'heure, personne ne commente sur un autre site web.

Suggestion de mots-clefs : les petits rats de l'opéra de la scala de milan ; danseurs chorégraphies ; danseur ballet à la scala ;
Discussions
1 avis pour “Les Etoiles de la Danse”
  1. mes amis, ce spectacle est un véritable défi aux lois de la pesanteur. Vous devriez voir ces jeunes gens et jeunes filles se lancer dans des jetés, pliés, grands écarts, sissonnes (qui font partie des jetés),  entrechats, échappés et surtout pas de deux - sans oublier les gestes gracieux des bras.
    Une grâce sans pareil dans la beauté non seulement des gestes mais des corps qui parfois ne touchent pas terre.

    comme je l'avais déjà constaté lors du passage des "Etoiles du Bolchoi" que j'avais eus le plaisir de découvrir il  a deux ans, lorsque les Etoiles des Ballets se produisent, point de décor. Seul un jeu de lumières assiste les danseurs dans la chorégraphie.

    les costumes étaient simples eux aussi, de ravissants tutus classiques en tulle, avec tiares ou diadèmes, ou alors les évanescentes mousselines transparentes qui suivent chaque mouvement avec autant de grâce sur les gestes eux-mêmes.
    Ou alors, un minimum de costumes - du simple collant pour les filles à la presque nudité pour les garçons.
    Mais, en résumé, du pur plaisir visuel dans les chorégraphies modernes.

    Le son par contre, c'était autre chose. La salle de spectacle du Cirque Royal devrait engager des ingénieurs du son qui règleraient ce dernier de manière à ce que l'on échappe à ces sons métalliques qui n'ont rien d'agréable eux.

    Par Niki | dimanche 26 novembre, 18:45
Participer à la discussion (Via le forum)

Vous devez être identifiés pour poster un avis



Mot de passe oublié